Télécharger gratuitement des cours libres dans toutes les disciplines scientifiques

Cours - LA FINANCE ISLAMIQUE : FONDEMENTS, THÉORIE ET RÉALITÉ

André MARTENS

Centre de recherche et développement en économique (C.R.D.E.) et Département de sciences économiques, Université de Montréal.



Mon intérêt pour la finance islamique remonte à la fin des années 70, époque à laquelle j’avais créé, à l’Université de Montréal, le cours d’économie du monde arabe.
Une partie du syllabus, qui fut ultérieurement publié sous forme d’ouvrage, était en effet consacrée à l’influence de l’Islam sur l’activité économique (Martens, 1983, chapitre 2).
Depuis cette époque, le phénomène de la finance islamique a pris suffisamment d’ampleur pour que quiconque s’intéressant de nos jours à l’économie internationale et
du développement ne puisse plus se permettre de l’ignorer. Finalement, l’histoire de la finance islamique, elle-même, ne manque pas de charme, puisqu’elle nous permettra, ce soir, de faire une brève incursion dans l’Arabie du Moyen Âge. À ces diverses raisons, qui dictèrent mon choix, s’en ajouta une autre, de nature plus anecdotique, que je ne peux m’empêcher de partager avec vous.
En avril 1999, lorsque mes collègues, Marcel Boyer et Georges Dionne, m’offrirent, au nom du conseil d’administration de la Société canadienne de science économique, de prendre la présidence de cette dernière, j’étais en congé sabbatique au Moyen-Orient et reçus la nouvelle par télécopieur dans le petit appartement que mon épouse et moi occupions au Caire. Réticent à accepter de nouvelles responsabilités, je déclinai tout d’abord cet honneur. Mes collègues ne se laissèrent pas abattre par ce refus et Marcel Boyer, faisant preuve de son énergie proverbiale, me téléphona de Montréal pour me faire changer d’idée. Dans son effort pour me convaincre, il me dit deux choses. La première était que le congrès de la Société que je devrais organiser, en mai 2000, à Montréal, ne me demanderait que peu de travail. C’était évidemment une représentation tout à fait fausse de ce qui m’attendait, comme peuvent en témoigner deux de mes collègues ici présents, Jean-Marie Dufour, qui organisa le congrès de 1999, et Marc Van Audenrode, organisateur du congrès qui nous réunit aujourd’hui.

La deuxième chose que me dit mon ami Marcel est que je serais aussi dans l’obligation de prononcer le discours présidentiel du congrès de 2001. Mais, qu’à cela ne tienne, ajouta-t-il, « ce que tu fais actuellement au Caire intéressera sûrement les participants ».
Or, Marcel ne savait absolument pas ce que je faisais ce jour-là dans la capitale égyptienne. J’aurais très bien pu être occupé à lire les Quatrains du Persan Omar Khayyām ou à me régaler de quelque vers truculent du poète abasside Abou Nawās, ce qui vous aurait valu ce soir un discours aux effluves érotiques et même enivrantes. Mais pour votre malheur, j’étais tout simplement plongé dans la lecture d’un entretien, sur lequel nous reviendrons, qu’avait accordé un professeur d’université égyptien à un chercheur français, sur les motifs qui l’avaient poussé à placer une partie de son épargne dans une banque islamique du Caire… J’acceptai la présidence de notre Société.





Anda baru saja membaca artikel yang berkategori Cours d'Economie Finance Gestion dengan judul Cours - LA FINANCE ISLAMIQUE : FONDEMENTS, THÉORIE ET RÉALITÉ. Anda bisa bookmark halaman ini dengan URL http://cours-scientifiques-libres.blogspot.com/2012/12/cours-la-finance-islamique-fondements.html. Terima kasih!
Ditulis oleh: younes younes - samedi 1 décembre 2012

Belum ada komentar untuk "Cours - LA FINANCE ISLAMIQUE : FONDEMENTS, THÉORIE ET RÉALITÉ"

Enregistrer un commentaire